L’illusion du changement

Je veux changer

A quel moment, décidons-nous, d’entreprendre ce grand voyage à l’intérieur de notre être ?

Bien souvent, nous y sommes poussés par une souffrance trop lourde à porter, et qui nous bloque dans notre vie et ce à tous les niveaux.

C’est lorsque tout s’écroule qu’une petite voix nous susurre : viens viens en toi et délivre-toi !

Alors nous écoutons cette petite voix, et pour la plupart la première étape sera de nous libérer des causes familiales.

Et nous voilà, enthousiaste, déterminé(e), à trouver les causes et à pardonner…

Peu à peu nous sentons en nous le changement opéré et nous nous sentons fièr(e ) de nous, nous aimons nous entendre dire : « j’ai pardonné à mon père, j’ai pardonné à ma mère, à… » et nous nous autoproclamons le roi ou la reine du pardon.

Mais parfois, l’attitude de nos proches vient nous ébranler, car eux ne voient pas notre changement !

Personne ne voit que j’ai changé !

Et oui, ils continuent de nous voir, comme avant… Pour eux rien n’a changé, et nous continuons de subir leurs paroles ou leurs actes.

Je me souviens lors de mes premiers pas dans ma métamorphose, quand je rendais visite à mes parents, c’était toujours la même chose.

Lors des réunions familiales, je n’entendais parler de ce que j’étais, ce que j’avais fait. C’était comme si quand je revenais, je changeais de ligne de temps.

Je me retrouvais avec cette boule qui m’étouffait,  je redevenais l’autre, celle qui n’était rien, celle qui n’avait pas sa place !

Ce qui faisait ressurgir en moi cette profonde colère que je croyais éteinte et j’en éclaboussais tous ceux qui étaient à proximité ! Et je repartais.

Par la suite,  à chaque visite, la femme sûre d’elle et prête à conquérir le monde rejouait le rôle de la pauvre petite Marie, que personne ne comprenait !

Alors j’ai pris la décision brutale : s’ils ne veulent pas voir mon changement,  terminé je ne veux plus les voir ! C’était vrai quoi par leur faute je restais enlisée dans mon mal être !

Fuir les personnes toxiques, est-ce la solution ?

Et oui ! c’étaient des personnes toxiques ! Ne nous dit-on pas de nous éloigner de ces vampires énergétiques qui ne cessent de nous tirer vers le bas, qui bloquent notre lumière !

Moi, j’avais commencé ce chemin d’évolution ! J’étais tout de même supérieure à ces pauvres personnes qui ne cessaient d’incriminer les autres !

A près tout s’ils voulaient restés comme ils étaient, tant pis pour eux, moi je voulais avancer !

Alors j’ai repris mon expédition au cœur de mes blessures et malgré un semblant d’aller mieux, les vieilles blessures que j’avais crues guéries revenaient sans cesse.

Mais pourquoi ? Pourquoi malgré tout cet acharnement à vouloir être bien, je retombais sans cesse dans mon gouffre de souffrance ?

Etais-je venue dans cette vie pour souffrir ? Qu’est-ce que j’avais bien pu faire au bon dieu, pour vivre constamment des galères ?

Et je partais à la découverte de d’autres mentors, d’autres techniques, à la recherche de la technique magique, qui en quelques secondes allait transformer ma vie.

Et surtout, je m’éloignais, je rejetais toutes les personnes que je définissais de toxiques. Vous savez toutes ces  personnes qui nous font mettre en colère, qui nous rabaissent, qui nous ne nous respectent pas, qui nous abusent, qui nous font pleurer…

Et c’est à mes dépens et aux dépens de ceux que j’aimais que j’ai fini par comprendre une des grandes lois du changement :

Croire que si l’autre est toxique, il suffit de s’en éloigner ! Quelle illusion !

Et si j’avais pris le problème à l’envers ?

Et si mes proches étaient eux dans la vérité de qui j’étais et que c’était moi qui refusait de voir que les changements que je croyais avoir opérés n’étaient qu’une couche de peinture qui me donnait l’illusion du changement.

En effet,  j’avais vraiment guéri mes blessures, leurs paroles, leurs actes n’auraient du avoir aucun incident sur moi ! 

Si j’étais vraiment celle que je croyais être rien n’aurait pu m’atteindre, je ne me serais pas laissée entraîner vers le bas de ma misérable existence.

Et si au final, tout était en moi ? Si lorsque je fuyais les personnes dites toxiques, je fuyais la vérité de qui j’étais ?

Et si c’étaient mes propres démons dont je m’éloignais ?

Parfois l’autre voit en nous ce que nous refusons de voir car nous restons en surface de notre souffrance et nous n’osons pas aller à sa racine.

Quand nous réagissons aussi violemment aux paroles et aux actes de l’autre, n’est-ce pas juste un miroir qui nous montre que nous ne nous aimons pas ?

Car si nous nous aimions de façon authentique, avec compassion, et bienveillance est-ce que l’extérieur aurait un tel impact sur nous ?

Et si nous étions juste venus pour vivre l’amour inconditionnel mais vis-à-vis de l’autre mais vis-à-vis de nous ?

Ce qui est certain, c’est que le changement ne viendra pas des autres ! Laurent Gounelle

Une fois que cette compréhension de l’incarnation s’est réellement installée en conscience, mon vrai parcours de changement a commencé. C’est vrai qu’il est difficile parfois de rendre visite à une part de nous, une dont nous ne sommes pas fière, une qui nous fait honte. Que nous refusons de voir…

Mais j’ai compris que tout ce que je refusais d’accueillir de moi, l’univers me le présentait dans ma vie et je pouvais fuir cette situation ou cette personne, je pouvais mettre des centaines de kilomètres, où que je me trouvais, d’autres personnes ou situations se mettaient sur mon chemin…

Alors j’ai accepté de laisser vivre la Marie Méchante, la Marie menteuse, la Marie Hypocrite, la Marie Voleuse, la Marie Jalouse… Je les ai écoutées, bon parfois je les ai malmenées, les jugeant, les montrant du doigt, les rabaissant, les humiliant, tout comme les autres agissaient avec moi.

Leurs réalités étaient construites sur de nombreuses peurs, attachées à d’autres temps, et qui les éloignaient du présent et de ses réelles souffrances.

L’évènement n’est que le messager

Aujourd’hui j’ai compris que ce n’est pas l’événement qui nous blesse, que l’événement est juste le messager qui nous dit : regarde en toi, et met de l’amour sur cette blessure qui reste béante et qui te fait réagir par la colère…

Et j’ai également compris que tous ces ressentis sont les vraies bases de travail pour enfin nous libérer.

  1. Avatar
    Caroline Répondre

    Moi qui te connais un peu, je sais que tu es une belle personne. Tu as juste un grand cœur et tu as juste tendance à t’oublier un peu en faisant passer les autres en premier. C’est juste ça que la vie te rappelle…
    Je Nous Aime
    Caroline

  2. Avatar
    Dominique Répondre

    Merci Marie Noëlle pour ces explications aussi claires.
    Merci, merci, merci pour toute l’aide que tu apportes!
    Je t’embrasse
    Dominique

  3. Avatar
    Virginie Répondre

    Tout ce texte pourrait me convenir!!!

Leave a Reply

*